Alberta Securities Commission

  • Alberta Securities Commission
Previous Suivant

Alberta Securities Commission


Sensibiliser les Albertains à la fraude en matière d’investissement en les fraudant (presque) réellement

Le contexte


Personne ne s’estime assez naïf pour tomber dans le piège d’une arnaque. En psychologie, on appelle biais d’optimisme ce phénomène qui pousse une personne à croire qu’elle est moins à risque que son voisin de subir un événement négatif. Dans le cadre du Mois de la prévention de la fraude 2017, nous voulions informer les résidents de l’Alberta sur la fraude en matière d’investissement et les signaux d’alarme à surveiller. Nous savions cependant qu’il ne suffirait pas de leur en parler tout simplement : nous devions les placer au centre de l’action.

Alberta Securities Commission

L’idée


Pour démontrer que personne n’est à l’abri de la fraude en matière d’investissement, nous avons collaboré avec l’Alberta Securities Commission, la commission des valeurs mobilières provinciale, pour signer l’arnaque parfaite. Nous avons créé une fausse société de placement, appelée Maplestock Investments, dirigée par un conseiller financier fictif du nom de Jonathan Fisher, et avons ensuite déployé une campagne publicitaire ciblée invitant le public à un séminaire sur l’investissement immobilier, présenté par ce dernier. Une fois sur place, nous avons dévoilé l’arnaque et expliqué les visées éducatives de notre initiative. Nous avons filmé l’événement et présenté la vidéo réalisée dans le cadre de notre campagne du Mois de prévention de la fraude.

Alberta Securities Commission

L’impact


Le succès de notre « arnaque » a dépassé tous les indicateurs de performance et a attiré l’attention des médias à l’échelle nationale. La campagne a généré près de 14 millions d’impressions, un résultat de 1 293 % supérieur à notre objectif initial. Elle a fait l’objet de 60 mentions médiatiques – 500 % au-delà de notre cible – et le nombre d’entrevues données a dépassé notre objectif de 83 %. La campagne One Good Scam a notamment été abordée par CBC, The National Post, Global, CTV et Bloomberg Views, et a fait l’objet d’un article de 500 mots à Vice.com.